fbpx
article-blog-connais-toi-toi-meme

Connais-toi. Toi-même!

Une sagesse grecque

 

Si aujourd’hui cette maxime sonne comme une énième injonction de développement personnel, « Connais-toi toi-même » est issue à l’origine d’une inscription de la sagesse grecque antique à l’entrée d’un temple. Elle signifiait alors

« Sache que tu es mortel, et non divin ».

Socrate va lui donner une toute autre signification.

Il n’est pas question ici de s’allonger sur un divan pour déverser toute son histoire personnelle ! Pour Socrate, se connaître, c’est donner le meilleur de soi-même. C’est savoir ce que l’on fait et pourquoi on le fait, pour chaque décision, de la plus minime à la plus importante. S’interroger continuellement sur ce qui guide nos décisions.

Pour lui, s’interroger sur ce qui est bon pour soi, commence déjà à nous rendre meilleur et plus heureux. Cela implique aussi de vivre AVEC ses émotions, ses plaisirs et ses peurs (AVEC pas CONTRE !).

Il invite l’Homme à renoncer au bonheur illusoire situé à l’extérieur de lui-même. Chacun disposant du savoir et du bonheur en lui-même, il suffit de se les rappeler, de les mettre en lumière. (En sophrologie, on parle de dévoiler la conscience.)

 

Pourquoi je vous parle de ça ?!

 

Confinement, gestes barrières, 10 kilomètres, couvre-feu, distanciation sociale…

Un champ lexical courant aujourd’hui et qui implique un repli sur soi (accueilli avec plus ou moins de facilité).
Loin de moi l’idée de valoriser cette situation de repli. En revanche, mon côté sophro et aussi profondément optimiste, m’invite à chercher du positif à cette situation. Pour ceux qui pratiquent avec moi, je fais un lien étroit entre cela et la posture du 3ème degré. Il s’agit de trouver liberté et confort dans un cadre (à priori) contraignant.

A mon sens, l’occasion nous est donc donnée de se connaître soi-même ! De profiter de ce temps de latence pour réinterroger ses choix, se recentrer sur ce qui fait sens pour soi et d’en questionner les raisons. Remettre de la conscience dans son quotidien.

Vous êtes traversé.e par mille et une pensées et émotions ? C’est ok ! Il est possible de faire de la place à tout cela ( si si je vous jure!). Cela peut même être très éclairant pour connaître ses besoins, ses limites, ses envies, et (re)placer ces éléments au cœur de votre quotidien… Il devient alors plus facile d’identifier ce qui est bon pour vous. Et aussi de repérer ce qui vous est essentiel (un mot qui résonne différemment depuis plusieurs mois).

Dans son livre -La rencontre- aller à la rencontre de soi est aussi, pour Charles Pépin, un des préalables nécessaires à toute rencontre avec l’autre, et le monde qui nous entoure.

 

Et la sophro dans tout ça ?

 

Selon Socrate, le bonheur (chacun peut mettre ce qu’il veut derrière ce mot) se conquiert par l’effort de conscience.

Vous l’aurez deviné, la sophro est un accompagnement pertinent pour « se connaître soi-même ».

Renforcer la présence à soi et à tout ce qui nous entoure, en voilà un beau programme !
En séance, chacun expérimente, dévoile et renforce, séance après séance, ses propres ressources et capacités. Au-delà d’un moment de détente et d’apaisement, il lui est possible d’identifier ses propres réponses et trouver le chemin qui le mène vers davantage d’épanouissement et de sérénité. Il s’agit de tracer un sillon qui correspond à chacun.

C’est bien ce que Socrate appelle « se connaître soi-même ».

« Il n’y a pas de véritable confiance en soi sans fidélité à soi, sans cohérence intérieure, sans la joie profonde qui accompagne cette cohérence. » – Charles Pépin

 

Et vous, que faites-vous ressortir de positif de toute cette période ?
Hâte de lire vos retours enrichissants.

A bientôt,
Marie