être ou faire

Être ou faire?

« Je ne suis même pas capable de faire […] (une quiche, une présentation en réunion, une séance de sport…), je suis vraiment nul.le ! »

Peut-être vous est-il déjà arrivé de penser ou de prononcer ce genre de phrases ?

Il s’agit d’une confusion entre l’identité d’une personne (être) et ses capacités (faire).
Cette distinction est pourtant extrêmement importante et détermine le sens que nous donnons à l’estime de soi.

 

Valeur inaliénable

 

ÊTRE

Un bébé a-t-il de la valeur ? Est-il important ?

La majorité d’entre nous répondons « oui » à cette question, et c’est tant mieux !

Pourtant, que fait un bébé pour avoir de la valeur ?! (En toute franchise pas grand-chose quand même !!!)

Pour autant, nous sommes certainement d’accord : un bébé est extrêmement précieux. Et pour cela, il lui suffit d’être.
L’estime de soi, en ce sens, serait la conscience de cette valeur inaliénable et intrinsèque :

Nous sommes humains, nous avons de la valeur et nous sommes dignes d’être heureux (comme un bébé !).

Bonne nouvelle donc pour ceux qui pensent devoir « prouver » leur valeur à eux-mêmes et aux autres en accumulant les diplômes, l’argent ou les réalisations en tout genre !

Ce sentiment conduit au respect de soi et à la certitude que l’on est digne d’être aimé et heureux.

 

Capacité à acquérir

 

FAIRE

L’estime de soi reposerait sur le fait de pouvoir compter sur soi-même et en particulier sur sa capacité à penser de façon claire et d’agir en accord avec ses propres valeurs et opinions.
Cette capacité à penser juste et claire n’est pas inné, ni automatique. C’est comme le vélo, ça s’apprend !

Avec cette approche, l’estime de soi reposerait sur la liberté et la responsabilité et se renforcerait en exerçant les 2 consciemment.

L’avantage de ce point de vue est qu’il montre qu’il est toujours possible de développer l’estime de soi, peu importe notre âge puisqu’il est toujours possible d’apprendre à exercer sa responsabilité et de faire de meilleurs choix pour soi.

L’inconvénient : c’est que ça demande de se relever un peu les manches pour y parvenir.

 

Les deux mon capitaine !

 

Une personne qui a conscience de sa valeur en tant qu’être humain est en meilleure posture pour apprendre (acquérir les capacités) et se comporter de façon appropriées face aux défis du quotidien que celle qui ne l’a pas.

L’estime de soi est un subtil mélange entre le fait de se sentir digne d’être aimé et heureux « juste » parce que vous êtes, et le fait d’exercer sa liberté et sa responsabilité pour une vie plus cohérente avec les valeurs qui vous animent.

C’est donc un sentiment qui peut se nourrir, se renforcer et se développer à volonté.

 

Et la sophro dans tout ça ?

 

La sophrologie permet de prendre conscience de sa propre valeur en tant qu’être humain.

Et par une connaissance affinée de soi et de ce qui compte réellement pour soi, elle permet d’agir en cohérence avec tout ce qui nous constitue. En sophrologie, le terme utilisé pour cela est la congruence. Elle permet aussi de développer et renforcer vos capacités (concentration, communication, sensations…).

La sophro agit donc tant sur l’ÊTRE que sur le FAIRE, c’est pourquoi c’est un outil précieux pour vous accompagner sur la thématique de l’estime de soi.

Envie d’oser être pleinement vous et de faire ce qui est juste pour vous? Je vous propose un parcours complet de 10 ateliers réjouissants pour renforcer l’estime et l’affirmation de soi.

Vous avez des questions, des remarques suite à la lecture de cette article ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire ou à m’envoyer un mail, je serai ravie de vous répondre.

 

 

Avec cœur et plaisir,
Marir