être vrai

Être vrai

Je vous propose une série d’articles comme autant de pistes à explorer pour renforcer l’estime de soi. Un des leviers  est de s’autoriser à être vrai.

Être vrai contribue à nourrir une estime de soi confortable et stable.

 

Ça veut dire quoi être vrai ?

 

On l’a tous fait : « Vous viendrez prendre le café dimanche ? –Oui, on viendra avec plaisir.» Alors qu’à l’intérieur de soi, on se dit « pfff pour une fois que j’avais un dimanche tranquille à ne rien faire… ».

Il s’agit d’une gentillesse de façade, qui n’est utile à personne en réalité.

 

Il existe plusieurs types de comportements :

 Soumis : la personne n’ose pas s’exprimer de peur de blesser l’autre, d’être rejeté, de paraître ridicule ou de déplaire.

« Ah, c’est gentil, mais nous sommes déjà invités, une autre fois. »

 Agressif : c’est souvent une façon d’agir brutale, irrespectueuse et qui n’est pas nécessaire.

« Chez vous ? Ce week-end ? Tu m’as vu ?! Tu crois que je n’ai que ça à faire ! »

 Manipulateur : c’est le désir d’atteindre ses fins à tout prix, même si c’est de façon détournée et parfois même au détriment des autres.

« Tu me sembles fatigué, je vois bien que tu te forces pour m’inviter. Je préfère ne pas venir dans ces conditions ! »

Assertif: autrement dit, être vrai. C’est donc exprimer ses émotions, ses pensées, ses opinions et défendre ses droits, ceci de façon directe, honnête et appropriée. Ce qui donnerait :

« Je te remercie pour ton invitation, ça me fait plaisir. En revanche, ce week-end, j’ai besoin de repos. Vous seriez disponible la semaine prochaine ? »

 

En fait

 

Être vrai, c’est arrêter la gentillesse de façade. C’est arrêter de dire oui en pensant non. C’est accepter le conflit comme étant un ingrédient de la vie et pas comme étant le risque que l’amour nous soit retiré. Être vrai, c’est aussi prendre le temps de s’écouter, de se connaître et se rapprocher de son élan vital, et cela, même si il est différent.

être vrai

Si le temps se répartit entre rechercher à plaire et éviter de déplaire : il ne reste plus beaucoup de temps ni d’espace pour être soi.

« Oui, mais c’est pour faire plaisir ! »

Faire quelque chose avec un élan de joie et de plaisir est bien différent de faire par peur de perdre (la relation, l’amour, le lien, la reconnaissance…).

Derrière toutes ces belles intentions, il y a souvent le plus malheureux des résultats. La succession de ces malentendus (mal exprimé + mal écouté) amène à un véritable effet cocotte-minute qui nous fait exploser pas toujours auprès de la bonne personne et en tout cas et rarement de façon appropriée.

Et bim Bonjour culpabilité, tristesse, colère….

Être vrai, c’est en réalité une véritable économie d’énergie, même si ce n’est pas toujours confortable !

 

Et la sophro ?

 

La sophro permet justement de faire ce pas de côté pour repérer « comment ça va ? » de façon régulière. C’est autant de moments où il nous est possible d’interroger et si l’on le souhaite, de réajuster nos comportements pour aller vers un quotidien plus heureux seul ET avec les autres !