des personnes qui travaillent

L’estime de soi au travail

« L’estime de soi est le cœur de chaque personne, le centre d’où émerge toute créativité, motivation et travail productif. Un objectif majeur de l’organisation est d’optimiser l’estime de soi de tous les employés. » (1)

 

Le travail est souvent un élément important de la vie de personnes. D’ailleurs, quand on se présente, l’évocation de notre métier n’est jamais bien loin. Il fait souvent partie des éléments principaux de l’image de soi.

Figures d’autorités, évaluations des performances, et attentes en termes de résultats (…) mieux vaut une estime de soi solide au travail ! Qui plus est, lorsque l’on est très sollicité, surveillé, voire peut-être critiqué par les supérieurs.

Plus la réussite de votre travail est importante pour vous, plus vous devenez vulnérable à l’autodénigrement en cas de difficultés.

« La plupart des problèmes dans les organisations apparaissent initialement des problèmes de contrôle (luttes de pouvoir, protection du territoire, clans, travail de sape…) » (1). 

Or plus l’estime de soi des collaborateurs est élevée et stable, moins l’entreprise est exposée à ces difficultés.

 

Sentiment de compétence

 

Le sentiment de compétence soutient solidement l’estime de soi. Il s’agit du sentiment de se sentir capable de savoir, de savoir-être et de savoir-faire. C’est aussi en lien avec l’aptitude à trouver des solutions créatives à une difficulté et à les appliquer. Autrement dit, il s’agit là de confiance en soi (= se savoir capable de faire face et d’agir).

Or, seules des attentes réalistes peuvent renforcer le sentiment de compétences. Placer la barre trop haute, exiger de tout réussir impeccablement, ronge le sentiment d’efficacité. Apprendre à prendre du recul, à poser un regard objectif sur soi et son travail, permet de préserver votre propre sentiment de compétence.

Vous pouvez décider de travailler dur à satisfaire vos propres exigences, mais une garantie du succès infaillible et perpétuel est une illusion dangereuse pour l’estime de soi.

Quand il est question de sentiment de compétence, le sentiment d’imposture n’est jamais très loin. Il s’agit du sentiment de tromper son entourage ( « Je ne suis pas aussi bon qu’ils le pensent.”), de redouter d’être démasqué et d’attribuer ses réussites à des facteurs extérieurs comme la chance par exemple.

 

Recevoir du feedback

 

Positive ou négative, une critique constructive est toujours une occasion de progresser.

Toujours. Sauf quand l’estime de soi est fragile ! Dans ce cas, il est bien plus difficile de tirer parti des évaluations professionnelles. Celles-ci risquent même d’amener à des conclusions très négatives et erronées sur le travail accompli (et la personne en question). Toute remarque devient alors une atteinte à l’ego, en particulier par crainte que ses défauts soient découverts.

Et si le retour est positif, il peut être utile de garder en tête que l’approbation d’autrui est bénéfique mais pas vitale pour penser du bien de vous-même.

De plus, recevoir des feedbacks positifs de l’extérieur peut aider, mais cela n’atteindra pas le cœur de votre sentiment de compétence. Vous êtes la seule personne à même de nourrir ce sentiment profondément. Et l’expérience est un levier puissant pour vous y aider.

 

Attention!!!

 

Même s’il est « normal », ou du moins répandu, de s’intéresser à ce que les autres pensent de vous et de ce que vous faites. Vous compromettez votre estime de soi si vous ne pensez être valable que si les autres vous approuvent toujours. 

Vous êtes prêts ?!

L’opinion que vous avez de vous-même n’est (vraiment) pas forcément liée à la réaction des autres! En acceptant le fait que vous n’avez aucun contrôle sur les opinions des autres, vous pouvez vous éviter beaucoup d’anxiété, de colère et de coups de déprime inutiles. 

Alors, à vous de jouer!

(1)- L’élément humain- William Schutz